LU. Le Jardin du Passé

de Naguib Mahfouz
Le fourneau de terre resserait les têtes et attirait les mains sur les braises ardentes: celles, maigres et décharnées d’Amina, ou bien sèches et pétrifiées d’Aisha; d’Oum Hanafi enfin, semblables à deux carapaces de tortue.
4.5/5

Cet article a été publié dans Égypte, En français, Livres, Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s