Capitaine Alatriste (serie) de Arturo Pérez-Reverte. Critique

CRITIQUE
Dans cette Espagne autrichienne du 1er tiers du 17eme siècle, exaltée et corrompue, la religion et l’immoralité marchent main dans la main.

Royaume de l’ignorance, de la stupidité et de la superstition, le St-Office et le pouvoir royal se croisent ou s’affrontent. Et dans les deux cas, il n’y a pires méchants que ceux qui se couchent la conscience tranquille.

Cette Espagne est le royaume de toutes ces classes sociales à la superbe et fierté mal placées. La haute, les coquins, les coupe-jarrets de toute sorte et les viles et paresseux hidalgos font bombance dans le vol, le meurtre, la corruption et la trahison. On règle ses comptes à coup d’épées et de dagues pour un clignement de paupière inopportun ou même innocent, et tous sont animés à expédier les judaïsants convertis là où vont ces hérétiques.

Beaucoup seront trucidés sans même avoir eu le temps de dire Amen. tout en se bousculant aux portes du ciel ou de l’enfer afin d’y bruler pour l’éternité.

Les moins fortunés passeront par l’interrogatoire de l’Inquisition, le chevalet, la corde ou mieux, le bucher.

Fresque historique d’une Espagne qui se précipite tête baissée vers l’abime et la misère jusqu’à ce que le soleil représenté par l’or des galions ne s’éteigne à tout jamais sur sa gloire.

Pointage: 3.5/5. Blog de Pérez-Reverte http://www.capitanalatriste.com/escritor.html?s=patentecorso

Cet article a été publié dans Livres. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s